Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéos

Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéos

"A chaque génération, il y a une Elue. Seule, elle devra affronter les vampires, les démons et les forces de l'ombre. Elle s'appelle Buffy". Tout à commencer par le film - un peu mièvre et nul - avec Kristie Swanson, pour finir par la série génialissime - avec Sarah Michelle Gellar - que l'on connait tous : Buffy contre les vampires.

De la série, de nombreux produits dérivés ont donc vu le jour comme - entre autre - des jeux vidéos. Dans cet article, je vais vous présenter les divers jeux vidéos issus de la série et qui ont fait le bonheur des fans, et ont tant été décrié par ses détracteurs.

Céline, administratrice de Smg-Design.

Buffy the vampire slayer sur xbox
Editeur(s) / Développeur(s) : Electronic Arts  | The Collective Inc.
Sortie France : 12 Septembre 2002
Genre(s) : Action  |  Combat
Classification : +12 ans
Nombre maximum de joueurs : 2 à 4 joueurs

La Tueuse la plus célèbre du petit écran a eu l'excellente idée de venir massacrer du vampire sur Xbox. Que ceux qui craignent l'adaptation facile d'un nom connu se rassurent, Buffy The Vampire Slayer est une véritable petite bombe de fun qui ne trahit pas la série. D'ailleurs le jeu est comme cette dernière : c'est fun et ça prend pas la tête. Une valeur sûre pour une console qui en manque ces temps-ci.

Alors, là, je dois dire que j'en reste bouche bée, d'ailleurs ... ... ... . Je ne m'attendais franchement pas à une adaptation aussi réussie, pour dire vrai, je redoutais un peu le jeu facile qui se vend plus grâce à son nom qu'à son gameplay. C'était sans compter sur EA et surtout sur le studio The Collective qui nous livrent finalement un beat'em All particulièrement jouissif. Buffy, à moins que vous ne viviez au fin fond d'un terrier Sibérien, vous devez au moins déjà avoir entendu parler d'elle. Peut-être même êtes-vous des fans. En tout cas, que vous soyiez dans un cas ou dans l'autre, vous serez content. Les incultes « buffyens » auront le loisirs de se mettre au goût du jour en découvrant l'histoire de la donzelle en début de jeu pendant que les acharnés jubileront en retrouvant leurs héros favoris : Giles, Xander, Willow, Cordelia, Spike, Angel et.... le Maître. Signalons d'ailleurs que tous les acteurs ont prêté leur voix au jeu... sauf Sarah Michelle Gellar, sans doute trop occupée avec le tournage de Scooby Doo. Chacun ses priorités, moi ce que j'en dis.

Mais laissez-moi vous parler du jeu. Ah ! Laissez-moi parler je vous dis ! Nous voilà donc en présence d'un Beat'em All des familles agrémenté d'un côté plate-forme/exploration (light) à la Tomb Raider. Alors bien sûr, le plus marrant, c'est la castagne. Si vous connaissez la série et bien, c'est simple, on retrouve toute la panoplie de coup et d'armes de la Buffy en chair. Vous disposez d'une tripotée impressionnante de combos et de coups spéciaux particulièrement nerveux et, au demeurant, aisés à sortir. Pour effectuer les coups les plus efficaces, les « Slayer Moves », il vous faudra accumuler un peu de « Slayer Power » en dessoudant deux trois démons. A tout cela s'ajoute évidemment LE truc qu'on adore tous : le pieu. Enfin, le pieu ou le manche à balai, la queue de billard, l'arbalète, l'eau bénite, le barreau de chaise qu'on a soi-même cassé, etc. En pratique, voilà comment les choses se passent : vous bastonnez un vampire à grands coups de lattes de tueuse, et dès qu'il est sonné, PAF, un coup de pieu et on n'en parle plus. Mais en voilà un derrière vous ! Hop un transperçage de coeur en aveugle ! Yes ! Et summum, vous pouvez aussi envoyer la bête sur une poutre, sur un train en pleine course... rhââ !

La progression dans le jeu se fera comme je vous le disais à la manière d'un Tomb Raider. On passe donc son temps à chercher des clefs, à réparer des générateurs ou à résoudre des énigmes à la portée du premier bigorneau venu (pour peu qu'il ait des doigts pour tenir le pad). C'est pas spécialemnt original, mais comme l'action est constante, on se lasse pas et finalement, on va chercher tout ce qu'on nous demande avec une grande joie, puisque ça veut dire qu'on va pouvoir castagner du revenant. Un bon gameplay c'est déjà bien, mais si en plus on nous gratifie d'une réalisation soignée alors moi je ne me contrôle plus. Non seulement vous retrouverez les lieux les plus huppés de Sunnydale (cimetière, lycée, bibliothèque, le Bronze etc.) mais en plus c'est esthétiquement très réussi. Attention toutefois à l'éclairage, le jeu est sombre donc évitez de jouer avec un halogène à côté de la télé. Mais le top reste l'animation des persos, essentiellement au niveau des combats. Les enchaînements ont vraiment la pêche et les combos font preuve d'une certaine classe, quand au plantage de pieu il respecte à merveille le mouvement original de Buffy. Un régal. La bande-son suit elle aussi cette ligne de conduite qui mène vers la qualité. On retrouvera des dialogues en provenance directe d'une épisode de Buffy, et l'héroîne ne se privera pas de balancer quelques vannes en cours de jeu. Quant aux musiques elles collent parfaitement à l'action. Bon allez, je vous signale quand même la présence de deux ou trois bugs de rien du tout et quelques ralentissements assez peu gênants.

Pour conclure, je dirais tout simplement que Buffy the Vampire Slayer n'est certainement pas le jeu le plus surprenant de l'année, mais qu'il reste un Beat'em All étonnement scotchant et pourvu d'une réalisation des plus soignées. On s'éclate vraiment comme un malade à trucider tous ces vampires à grand coup de lattes et de pieu dans le coeur, à enchaîner les mouvements avec classe. Que l'on soit fan ou pas de la série, peu importe, il semble évident que le jeu fera bien marrer tout le monde. Ah, un petit regret tout de même, le système de sauvegarde en fin de mission qui oblige à se retaper tout le niveau si on meurt, faut arrêter avec ça, c'est gonflant.

Source : Jeuxvideo.com

Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos

Buffy the vampire slayer : chaos bleed
Editeur(s) / Développeur(s) : Vivendi Universal Games  | Eurocom
Sortie France : 24 Octobre 2003
Genre(s) : Action  |  Beat'em All
Classification : +16 ans

La tueuse super agile la plus populaire du petit écran revient faire un tour sur nos consoles. Après un premier opus qui fut une excellente surprise, on attendait beaucoup de cette suite. Force est de constater qu'à l'usage, on ne peut qu'être bien déçu par le manque de nouveautés et les nombreux défauts de gameplay du titre.

Si j'étais sorti assez confiant de la preview malgré quelques inquiétudes, je dois bien reconnaître que je vais devoir changer mon fusil d'épaule après avoir passé de longues heures en compagnie du Scooby gang. Le retour de la Tueuse profite au moins d'un scénario qui tient la route et qui devrait contenter les fans. D'autant plus qu'il sera prétexte à l'apparition de nombreux personnages clés de la série, de Faith à Syd le pantin. Sur ce point, le pari est réussi et le jeu se montre fidèle à la sympathique série. Enfin, au niveau du scénario en tout cas.

Parlons de ce qui nous importe le plus, le gameplay. Les bases n'ont pas changé d'un pouce. On dispose d'une tripotée de combos dont certaines ressemblent furieusement à ce qu'on a déjà vu. Pour se débarrasser des vampires, qui restent les ennemis les plus fréquemment rencontrés, on devra leur mettre une raclée en règle avant de les dissoudre en leur plantant un objet quelconque dans le coeur. Pour ce faire, on pourra faire appel au classique pieu en bois mais également à des pelles, des battes de base-ball, une hache, une épée et tant d'autres ustensiles. L'eau bénite ou les flammes de l'enfer sont aussi au programme. Jusque-là, rien de nouveau, c'est même exactement la même chose qu'auparavant ce qui n'est pas très grave en soi. De la nouveauté, on en trouve dans l'apparition de personnages jouables supplémentaires que sont Willow, Faith, Spike, Alex et Syd. Problème, en dehors de Willow qui use de sortilèges réussis (par le biais de combinaisons similaires aux combos), ces personnages sont loin d'être transcendants. Ils offrent en effet peu de différences vis à vis du gameplay de Buffy, se battre avec certains peut même être pénible parfois, leur force étant moindre. D'une manière générale, changer de héros n'offre guère d"intérêt et de diversité.

Bien, autant pour les petits nouveaux. Mais ce n'est pas le seul problème. La progression dans le jeu passera par la résolution d'"énigmes". Tout en lattant du démon, on devra retrouver divers objets indispensables qui sont la plupart du temps cachés dans des endroits bien débiles. Chose dont on se rend compte dès les premières minutes du jeu, lorsqu'on finit par mettre la main sur la clé de l'excavateur de tombes... dans une urne, à l'intérieur d'un tombeau ! En plus d'être assez lourdingues, ces recherches vous contraindront à de fréquents allers-retours très pénibles. Un point qui ne fait qu'accroître la répétitivité du soft qui a empiré par rapport au premier épisode.

Et ce n'est pas terminé, pour d'obscures raisons le développement de cette suite a échappé à Collective qui avait fait un si bon boulot sur le premier volet. Grave erreur. La liste des défauts de gameplay est assez pesante. On commencera par une maniabilité très raide et qui souffre souvent de temps de latence déplaisants. Le personnage mettra ainsi un certain temps à se retourner au cours d'un combat. Mais la palme revient aux sauts, résolument pourris, à la limite de l'indescriptible. La gestion manuelle de la caméra, elle aussi, est loin d'être au top. La focale étant un élément physique (mal réglé), les angles morts sont légion et ont du mal à suivre l'action.

Aïe ! Oui on peut le dire, d'autant que certains de ces défauts étaient déjà présents dans le premier opus et qu'au lieu d'être corrigés, ils ont été aggravés dans cette suite. Fort heureusement, les combats conservent une certaine pêche et la diversité de combos plaira sûrement, mais l'action peut facilement devenir gonflante. Sur le plan technique en tout cas, Chaos Bleeds s'en sort bien. Même si les innovations ne sont pas fulgurantes. Les décors sont assez bien rendus, on note de très chouettes effets sur les sorts de Willow ou sur l'évaporation des vampires. En revanche, l'animation des personnages comporte le même problème que l'année dernière (oui encore un truc pas corrigé) à savoir que les combats sont parfaitement animés, mais que les déplacements manquent singulièrement de classe, on dira même qu'ils font pitié.

Je me permets un paragraphe sur la bande-son. On frétillait tous de savoir que les doubleurs officiels viendraient bosser sur la VF, et bien vu le résultat, on regrette la VO bien sympa. Prise indépendamment les unes des autres, chaque réplique tient la route mais une fois mises bout à bout, c'est la cata. Les acteurs ont-ils été perturbés par ce nouveau support ou bien ont-ils été mal dirigés ? Je ne sais pas, toujours est-il que rien ne colle. Les intonations ont un côté surjoué, les dialogues sont incohérents avec des personnages qui parlent sur le mode interrogatif alors qu'ils lancent de toute évidence une affirmation et pire que tout, des personnages comme Spike ne ressemblent qu'assez vaguement à ce qu'on en connaît dans la série. Curieux quand on voit le travail que font ces acteurs en temps normal, on se demande ce qui a pu se passer. Pour les speechs in game, c'est plus aléatoire. Les tirades de Buffy sont réussies mais entendre Willow sortir un gémissement poussif dès qu'elle met un coup ou Alex grogner quand il saute devient vite saoulant. Ceci dit, il y a un point plaisant au niveau des textes puisqu'ils sont plus proches de ce qu'on peut entendre dans la série en VO que des textes bridés de la version française.

Source : Jeuxvideo.com

Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos

Buffy contre les vampires : Sacrifice
Editeur(s) / Développeur(s) : Beast Studios  | 505 Games
Sortie France : 13 Février 2009
Genre(s) : Action  |  FPS
Classification : +16 ans
Mode(s) : Jouable en solo
Nombre maximum de joueurs : Non

Tiens, un jeu Buffy contre les Vampires, sur DS qui plus est. Curieux quand on sait que la série de Joss Whedon, excellente au demeurant, est terminée depuis 2003. Sacrifice nous propose de découvrir la suite, après la destruction de Sunnydale par le Scooby gang.

Souvenez-vous, la septième et dernière saison de Buffy contre les Vampires s'achevait par un terrible combat contre les forces du Mal pour éviter l'apocalypse (enfin une apocalypse de plus, au moins la cinquième de la série...). Armé de l'Amulette, Spike s'était sacrifié pour détruire l'armée de Turoks-Hans et refermer la Bouche de l'Enfer, détruisant Sunnydale au passage. Le reste de la bande pouvait alors partir vers de nouvelles aventures avec la joie du devoir accompli. Mais les choses ne vont pas en rester là. L'Amulette refait mystérieusement surface, et Buffy pense que Spike est encore en vie, prisonnier d'un vortex entre les mondes. Elle décide de le ramener grâce aux pouvoirs de Willow. Evidemment, le sortilège se passe mal, l'Amulette est brisée et nos héros ramènent au passage une armée de vilains. Ils n'ont plus qu'à ressortir les armes du placard pour retrouver les fragments et sauver une fois de plus le monde (qu'ils ont eux-mêmes mis en péril, mais passons)...

Ca sonne comme un mauvais scénario de série B ? C'est normal, c'est Buffy, cet aspect est totalement assumé et c'est pour ça qu'on l'aime. Néanmoins, l'histoire de Sacrifice est loin de donner pleine satisfaction. Déjà, elle souffre de gros trous qui nuisent à la compréhension et à la cohérence de l'ensemble. Dans le premier niveau, Buffy se retrouve au lycée de Sunnydale, alors même que la ville est censée être un cratère béant... Pas évident à suivre, même si on finit vaguement par saisir deux heures plus tard. Au moins, ça permet de retrouver quelques lieux familiers, comme le Bronze ou le cimetière. Ensuite, l'histoire souffre d'une narration très plate, faite par le biais de dialogues durant lesquels les personnages sont représentés par une vieille photo promotionnelle de la Fox, toujours la même. Quelle que soit la situation, ils arboreront donc toujours la même expression figée. L'humour, habituellement très présent dans la série, est introuvable, à l'exception d'une ou deux répliques qui arrachent péniblement un sourire. Mais le pire dans tout ça, c'est qu'on ne retrouve pas le Scooby gang au complet. Seuls Buffy, Willow et Giles sont présents, plus Spike et Angel. Quid d'Alex, de Dawn ? Disparus. Au moins, le casting est plus fourni du côté des méchants, avec la présence de Warren, de Caleb, du Maître et bien sûr du Premier. Une bonne occasion de les (re)tuer.

Si l'histoire est une déception, de courte durée qui plus est (l'histoire, pas la déception), le gameplay n'est pas très réjouissant non plus. En général, Sacrifice se présente comme un jeu d'action à la troisième personne. On incarne uniquement Buffy, mais elle dispose quand même de pouvoirs magiques par l'intermédiaire de Willow, comme c'est pratique. Ils s'utilisent en traçant un symbole sur l'écran tactile, comme dans un Castlevania, et permettent de se protéger, de se soigner, de paralyser les ennemis ou de leur faire des dégâts. La spécialité de la belle blonde reste toutefois la castagne au corps-à-corps. La Tueuse dispose de deux attaques de base (coup de pied, coup de poing), qui peuvent s'enchaîner pour réaliser des combos, à condition de les avoir préalablement débloquées. Elle peut aussi finir quelques monstres au sol par le biais d'une action contextuelle. Si le kung-fu peut suffire au début, il va vite falloir s'armer pour survivre face aux hordes de vampires, de zombies et autres Bringers. On retrouve bien l'esprit de la série dans cet aspect des combats, car on peut récupérer un grand nombre d'objets tranchants ou contondants : queue de billard, batte de base-ball, bâton de ski, morceau de verre... Par contre, ces objets sont gérés de façon bizarre, puisqu'ils disparaissent en un coup. Ainsi, Buffy peut très bien se balader avec une douzaine de pelles sur elle, mais il faudra en consommer trois pour venir à bout d'un seul ennemi !

Au final, ce système de combat n'est qu'à moitié convaincant. On se contente d'avancer dans des niveaux basiques regorgeant d'items à récolter, tout en fracassant des méchants par dizaines en jonglant avec des commandes peu pratiques. Bref, on s'ennuie. Sans doute pour briser cette routine, les développeurs ont aussi inclus des phases en vue subjective. Pendant ces séquences, Buffy fait parler son arbalète fétiche en décochant des carreaux à tour de bras. Là encore, on trouve ça rigolo deux minutes, puis on finit par se lasser devant la répétitivité de l'action et la platitude du level-design. On est loin des vrais FPS sur DS comme Metroid Prime Hunters ou Dementium. Ces passages en vue subjective ont pourtant un mode de jeu dédié, baptisé Défi, mais c'est vraiment un exemple de ce qui se fait de pire en la matière. On se contente de dézinguer des monstres dans un bout de couloir, avant de pouvoir avancer au bout de couloir suivant pour dézinguer des monstres. Passionnant. Pour finir, on trouve quelques mini-jeux navrants pour déverrouiller des portes, alors que notre héroïne aurait plutôt pour habitude de les défoncer à la hache. Vous l'aurez compris, Buffy contre les Vampires : Sacrifice n'est pas un grand jeu. Sans être catastrophique pour autant, le titre de Beast Studios se révèle tout juste correct. A moins d'être un fan absolu de la série qui veut tout posséder jusqu'au plus obscur produit dérivé, mieux vaut passer son chemin.

Source : jeuxvideo.com

Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos

Buffy contre les vampires : la colère de Darkhul
Editeur(s) / Développeur(s) : Natsume  | THQ
Sortie France : 27 Août 2003
Genre(s) : Action  |  Plate-Forme
Classification : +12 ans
Mode(s) : Jouable en solo
Nombre maximum de joueurs : Non

Sarah Michelle Gellar vient casser du vampire sur Gameboy Advance. Comme on pouvait s'y attendre, c'est dans un jeu d'action/plates-formes qu'elle fait son entrée sur la dernière portable de Nintendo. Malheureusement, si la jolie Buffy nous fait passer de bons moments le samedi soir sur nos télés, force est de constater qu'elle n'est pas aussi à l'aise dans ce nouveau portage console...

Le démoniaque roi Darkhul est sorti des ténèbres ! Accompagné de ses vils serviteurs il menace la tranquillité de Sunnydale. Vous êtes Buffy, cette tueuse de suceurs de sang aux talents multiples. C'est à vous de détruire ces suppôts de Satan et de ramener la paix dans votre charmante ville. Si le scénario est d'une platitude évidente, l'histoire se prête parfaitement bien à ce genre de titre où les combats sont omniprésents. Le déroulement de la partie est on ne peut plus «old school». Le joueur se contente de parcourir les 15 niveaux de la cartouche en tuant un maximum de méchants.

Les ennemis rencontrés n'étant pas humains, il vous faudra des armes spéciales pour en venir à bout. De façon à terminer chaque niveau sans encombre, vous aurez donc à votre disposition toute une panoplie d'objets bien utiles dans votre lutte contre le mal. Ces armes se trouvent en brisant les caisses parsemées un peu partout dans les mondes traversés. Votre inventaire reste accessible à tout moment de la partie en appuyant sur Start. Je n'ai absolument rien contre le concept mille fois exploité de ce style de jeu. Mais quand on choisit de développer un titre au gameplay si banal, on se doit à mon avis de fournir une qualité esthétique et de jouabilité irréprochable. Ce n'est malheureusement pas le cas ici. Graphiquement, la version souffre d'une palette de couleurs trop sombre. Il est vrai que l'univers de la série télé n'est pas toujours rose, mais l'ambiance obscure qui se dégage de ce jeu n'est vraiment pas à son avantage. La partie devient de ce fait pénible au bout de quelques minutes. De plus, on constate que les teintes bavent un peu. On a par moment l'impression que les personnages ont été peints à la gouache. La bande sonore n'est pas non plus fantastique. On reconnaît les thèmes du feuilleton, mais la musique devient trop vite lassante.

Au niveau de la jouabilité, on a déjà vu mieux. La configuration des boutons de la GBA m'a semblé lors de ce test bien mal choisie. La chose la plus gênante dans les déplacements de l'héroïne vient de la position du bouton pour sauter. L'équipe de développement a en effet choisi le bouton L. Hmm... J'ai du mal à comprendre ce choix curieux. Auraient-ils eu recours à la courte-paille pour assigner les actions aux touches de la console ? On s'y fait au bout d'un moment, mais il est vrai que c'est bien déstabilisant au début. Non seulement la réalisation et la jouabilité n'est pas à la hauteur de nos attentes, mais en plus la longévité de ce Buffy sur Gameboy Advance est très décevante. Une après-midi vous suffira à terminer le titre et une fois le jeu fini, on n'y reviendra pas. Même les plus grands admirateurs de la série seront mécontents de cette version. Vraiment, l'arrivée de la sympathique tueuse de vampires sur la dernière portable de Nintendo est un échec. Le titre n'est qu'un vulgaire jeu à licence qui ne fera certainement pas date dans l'histoire des jeuxvidéo. Ne vous faites pas avoir par le joli minois de Sarah, ce jeu n'a rien de bon...

Source : jeuxvideo.com

Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos

Buffy contre les vampires sur Gameboy Color
Editeur(s) / Développeur(s) : The Collective Inc.  | THQ  | Electronic Arts
Sortie France : Novembre 2000
Genre(s) : Action  |  Beat'em All  |  Combat
Classification : +3 ans
Mode(s) : Jouable en solo

Il fallait s'en douter, la série la plus plébiscitée par les jeunes ne pouvait pas passer outre une adaptation vidéo-ludique, et il y a fort à parier que les nombreux fans ne se feront pas prier pour se procurer ce pur produit marketing. Buffy Contre Les Vampires se voit donc adapté sur la console la plus populaire et nous arrive, comme par hasard, juste au moment des fêtes.

La tueuse de vampires, l'élue, celle qui se bat pour défendre l'humanité contre les envoyés des forces obscures, va encore passer ses nuits à casser du vampire dans les rues de Sunnydale. Les cimetières, cryptes, et autres hangars désaffectés seront le théâtre d'affrontements morbides, et du zoo au tombeau égyptien, c'est un total de de huit niveaux qui vous attendent tout au long du jeu. Mais cette fois c'est vous qui allez devoir manier le pieu, et vous verrez que ce n'est pas toujours aussi facile que sur le petit écran, ni aussi amusant. Premier constat, la pauvreté des graphismes ne fait pas honneur à la série TV et il est bien difficile de reconnaître les différents protagonistes dans ce méli-mélo de pixels. Le jeu se présente comme un vulgaire beat'em up où vous dirigez la belle dans des niveaux peuplés de vampires spécialisés dans l'art du combat. Mais ne vous faites pas trop d'illusions, car même si Buffy possède une large palette de coups, les scènes d'action n'auront rien de vraiment très technique. Les projections, coups de pieds sautés et autres super-coups sont surtout là pour montrer que le sprite de Buffy possède des bras et des jambes, mais en pratique, c'est le vulgaire coup de poing au visage qui se révèlera souvent le plus efficace.

Le soft se résume donc à enchaîner les affrontements à la manière des beat'em up d'antan, un genre de jeu en voie de disparition à cause de son aspect répétitif, mais qui a connu ses heures de gloire grâce à son côté hyper défoulant. mais le gameplay ne permet pas de retrouver toutes les sensations des jeux mythiques de l'époque. Buffy est en fait un beat'em up ultra simplifié et du même coup, complètement dénué de saveur. Les ennemis sont nombreux : vampire en costume, loubard, défiguré, ninja, viking, bestial, et j'en passe. Mais la technique reste toujours la même : on donne deux coups de poings pour affaiblir l'ennemi puis on enchaîne avec un balayage pour le mettre à terre et l'empaler sur un pieu. Plus vous l'aurez affaibli, plus il restera longtemps vulnérable au sol, et il faudra donc apprendre à agir de façon rapide et efficace.

Outre la répétitivité du gameplay et la laideur des graphismes, c'est surtout la durée de vie du jeu qui relègue Buffy au rang de simple produit marketing. Les huit niveaux du jeu s'enchaîne en quelques heures, et les boss opposent à peine plus de résistance que les simples ennemis. Le jeu n'en est pas facile pour autant et les derniers niveaux pourraient pousser à bout les plus persévérants. De plus, les cris ressemblent à d'infâmes grésillements, et les bruitages lors des frappes ne sont pas du tout crédibles. Le scénario évolue au moyen d'écrans fixes agrémentés de bulles façon BD, mais les textes sont entièrement en anglais. Un jeu qui permet de se défouler cinq minutes entre deux jeux de plate-forme sur GBC, mais que l'on range au fond d'un placard au bout de quelques heures.

Source : jeuxvideo.com

Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos
Sarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéosSarah Michelle Gellar & les jeux vidéos

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article